Author Topic: Dessins animés du moment  (Read 580638 times)

0 Members and 10 Guests are viewing this topic.

beauvois

  • Guest
  •  
les chronique de sarah connor
bonjour je pense que c a toi que je dois demander si tu vas faire une quatriéme saison des chronique de sarah connor
moi personnellement j'aimerais merci de me repondre
si tu pouvais me répondre par email se serait sympa :) au maxbeauvois@hotmail.fr

Offline Lionel

  • Cynois
  • ***
  • Posts: 2928
  • Gender: Male
    • View Profile
    • Cellio
 :boulet:

Offline Kodeni

  • Cynois
  • ***
  • Posts: 401
  • Gender: Male
  • a perfect soul
    • View Profile
    • Saint Seiya - Only for Love
Quote from Manga-News
Oad pour High School of The Dead

Le 7ème tome d'High School of The Dead qui sortira au Japon le 9 avril prochain aura droit à 2 éditions. L'édition normale ainsi qu'une édition limitée contenant une Oad. Celle-ci sera au format Blu-ray et durera 20 minutes. Elle contiendra un épisode original intitulé Drifters of The Dead.En France, la série est disponible chez Pika.

La journée du 13 avril avait commencé comme une matinée ordinaire au pensionnat de Takashi. Mais alors qu’il sèche les cours et s’apprête à faire une petite sieste sur la terrasse de l’établissement. Il aperçoit devant le portail un professeur se faire dévorer par ce qui semble bien être un mort-vivant... Tout bascule alors dans l’horreur et le gore. Takashi va tenter de quitter l’enceinte de l’établissement en compagnie de Rei, son amie d’enfance. Elle sera accompagnée de quelques autres élèves et Mlle Marikawa, l’infirmière sexy et étourdie. Mais rien ne dit que la situation sera plus reluisante à l’extérieur...Le monde est contaminé par une maladie qui transforme les humains en morts-vivants. Des lycéens ainsi qu’une infirmière scolaire s’engagent alors dans une course effrénée pour essayer de leur échapper. Contre les morsures et autres griffures, les voilà armés de battes de base-ball, de piquets et tout ce qui permet de broyer les crânes des infâmes créatures… La lutte pour la survie commence… Et il n’y a pas d’antidote !
Bon, j'ai craqué, j'ai commencé à m'y mettre.

Merci à Dybex de proposer la série en streaming.

Je voulais savoir si une sortie DVD chez nous était à prévoir ?

Pourquoi ne sommes nous pas immortels ? La menace qui plane sur le monde l'est bien elle !

Offline Kurumauchi

  • Cynois
  • ***
  • Posts: 2529
  • Gender: Male
  • Go with the flowwwwwwww
    • View Profile
    • Don Bartolo
Heu... Je ne sais pas moi...

Par Dybex p-ê?   :mdr:
WHo's the Mack?!!

Offline Kodeni

  • Cynois
  • ***
  • Posts: 401
  • Gender: Male
  • a perfect soul
    • View Profile
    • Saint Seiya - Only for Love
Heu... Je ne sais pas moi...

Par Dybex p-ê?   :mdr:
Je me doute que ce sera Dybex si une sortie était à prévoir -_-.
Ce que je demande, c'est si il y a bien prévision d'une sortie ou non ?

Pourquoi ne sommes nous pas immortels ? La menace qui plane sur le monde l'est bien elle !

Offline Kurumauchi

  • Cynois
  • ***
  • Posts: 2529
  • Gender: Male
  • Go with the flowwwwwwww
    • View Profile
    • Don Bartolo
Jte taquine. J'avais bien compris.  :gnehe:

Dans le cas de FMA Brotherhood, je pense que le premier boxe était sorti après la diffusion du dernier épisode en streaming. Mais je ne suis plus 100% certain...
WHo's the Mack?!!

Offline subaru64

  • Cynois
  • ***
  • Posts: 2728
  • Gender: Male
    • View Profile
Disons que Dybex semble un peu débordé. Il y avait quelques nouveaux titres qui devait sortir avant fin 2010, mais il n'y a finalement rien eu.

Il faut dire que je n'ai reçu les DVD de remplacement d'Escaflowne, que depuis quelques jours. Pour un coffret pré-commandé en juin et un début d'échange des disques qui devait commencer le 15 octobre dernier, ça commençait à faire long.

Alors vu le retard, il ne faut pas trop s'attendre à des miracles. Je suppose que la série va sortir en DVD (et peut être en Blu-ray), mais quand ? That is the question !

Et puis à part Kaze, les autres sont un peu à la ramasse. La japanime et en particulier l'animation japonaise c'est cassé la figure. Beez France semble ne plus exister du tout (il parait que c'est géré depuis l'Angleterre maintenant), Anima semble lui aussi mort et Déclic Images fait surtout dans la réédition. C'est d'ailleurs eux qui distribuent l'ex catalogue d'Anima (sans oublier la distribution des licences Dybex dans leur collection Gold ).

Maintenant, c'est le streaming qui semble le plus rapide pour découvrir de nouveaux titres. Personnellement, ça ne m'intéresse pas. Je préfère attendre une édition DVD ou mieux Blu-ray.

Offline subaru64

  • Cynois
  • ***
  • Posts: 2728
  • Gender: Male
    • View Profile
Arrietty Le petit monde des chapardeurs

Déjà, j'étais au calme pour découvrir le film, car j'étais seul dans la salle. Je suis arrivé pile-poil au tout début !

Je confirme ce que je pensais, à savoir que les décors sont superbes ! Aussi bien la nature, que l'intérieur des habitations. Mais c'est très souvent le cas, avec les oeuvres japonaises.

Niveau musique, c'est très joli (j'aurais très bien pu le découvrir avant, vu que ça fait déjà quelques semaines que j'ai la bo en version originale...), mais ça ne colle pas tout à fait à l'univers représenté et en particulier japonais. C'est vrai que cela colle plus avec un univers anglais, qui vient de l'oeuvre d'origine, mais bon...

Assez étonné de voir que le générique de fin est carrément chanté en français. La voix de Cécile Corbel est très jolie, mais là encore, ça fait un peu bizarre sur une oeuvre de Ghibli. Surtout lorsque cela illustre un récit contemporain et en particulier japonais.

L'histoire quand à elle est très jolie, mais surtout triste et mélancolique. C'est rare que je trouve la fin aussi triste dans un Ghibli. C'est peut être d'ailleurs ce qui fait que l'on espère une suite.

Le récit met également en avant, le principe de respect de la nature (comme souvent chez Ghibli) et le respect dû à tout être vivant. Ainsi que la tolérance envers ce qui est différent. On sent que c'est bien une oeuvre du studio Ghibli, tout comme on sent que Hayao Miyazaki a imprimé sa patte sur le scénario du film.

Le personnage de la "bonne à tout faire" à un caractère assez détestable, mais finalement très humain. Son âge ne l'empêche malheureusement pas d'avoir encore les tares des plus "jeunes". Comme quoi, la sagesse n'est pas forcément l'apanage des années. Je ne sais pas si le personnage est comme ça dans l'oeuvre originale ou même s'il existe, mais c'est celui qui donne sans doute le plus, l'envie de ne pas faire confiance à l'espèce humaine.

Heureusement, le personnage de la grand-mère et du jeune garçon, redonne de l'espoir en cette même nature humaine. En effet, il est plaisant de constater que la grand-mère, à su garder sa capacité d'émerveillement, de respect et de tolérance, malgré son âge. Tout comme le jeune Shô en fait. Ce sont un peu les 2 faces d'une même pièce.

Les liens familiaux ne sont pas oublié, même si en l'occurrence, là ils sont plutôt décousus. En effet, l'absence des parents de Shô, se fait cruellement ressentir (surtout dans le cas présent, à cause de l'état de santé du jeune garçons). Sans doute les aléas de la vie moderne, qui malheureusement, semble également toucher les japonais.

Bref ! Ce film est une tranche de vie, matinée de fantastique et de grandes aventures - même si la majeure partie de l'action se joue dans un lieu unique - et qui prouve que l'on peut raconter de belles et édifiantes histoires, sur ce que nous sommes, ainsi que sur notre belle planète. Planète qu'il vaudrait mieux protéger le plus possible, plutôt que l'inverse. Car ne l'oublions pas, nous sommes tous des enfants de la Terre.

Un film qu'il est important de faire connaître et de montrer au plus de monde possible. A voir si possible en famille.
Posted on 15 January 2011 à 6h35

Arrietty le petit monde des chapardeurs

Cécile Corbel: "Avec Arrietty, je vis une belle aventure"

Première séance du 12 janvier : le nouveau Ghibli écrase Nicolas Cage

Offline subaru64

  • Cynois
  • ***
  • Posts: 2728
  • Gender: Male
    • View Profile
Quote from Mata-Web
To Aru Hikûshi e no Tsuioku : du light novel au film chez Madhouse
 
Annoncé en décembre dernier, le projet d'adaptation du « light novel » To Aru Hikūshi e no Tsuioku (とある飛空士への追憶) s'était déjà révélé être un long métrage d'animation produit par le studio MADHOUSE. On en sait désormais un peu plus sur l'équipe affiliée au projet. L'occasion de faire le point sur l'oeuvre originale et ce qui se prépare.
Charles Karino est un mercenaire de l'Empire Revaamu qui se bat à bord de l'appareil de reconnaissance Santa Cruz. Un jour, il reçoit une étrange mission : voler au dessus de la mer en territoire ennemi sur pas moins de 12 000 km afin de protéger une fille du nom de Fana del Moral qui se révèle être l'héritière du trône. Mais la jeune femme est aussi et surtout d'une beauté sans égale.

To Aru Hikūshi e no Tsuioku (とある飛空士への追憶) est le récit d'un pilote émérite assez archétypal - un lourd passé et une envie de liberté par delà les nuages le caractérisant - qui se voitconfier une mission atypique le conduisant à se lier avec une charmante héroïne de sang royal. Sans doute méfiante de prime abord, la princesse en question pourchassée par un ennemi implacable se verra contrainte de s'en remettre au jeune pilote d'une classe bien inférieure à la sienne.

Le récit a tout du schéma classique mais éprouvé quant à l'univers steampunk, on ne saurait être totalement dépaysé. L'auteur avoue avoir été influencé par le Laputa de Hayao MIYAZAKI - sur lequel nous ne reviendrons pas - mais également par Roman Holiday de William WYLER sorti en 1953 - narrant la romance d'une princesse fugueuse et d'un journaliste américain dans la ville de Rome - reste à savoir jusqu'où l'auteur s'en est inspiré. Nous avons donc de bonnes bases pour proposer un divertissement de bonne facture - si tant est que le budget soit présent.

A l'origine de l'oeuvre, on trouve un écrivain du nom de Koroku INUMURA (犬村小六). Né en 1971 dans la préfecture de Miyazaki, ce dernier, après des études peu littéraires à l'université de Waseda, rejoint l'industrie vidéoludique en participant en tant que scénariste à Suikoden III pour Konami en 2002, The Eye of Judgment pour Sony en 2007 et le 5ème opus de Princess Maker pour le compte de Gainax la même année. Entre temps, en 2004, l'éditeur Enterbrain lui confie la transposition en « light novel » de son « visual novel » Remember 11. Il met par la suite de côté sa carrière d'écrivain entre 2005 et 2006 et c'est finalement en 2007 que Shōgakukan lui met le grappin dessus en lui proposant une parution dans la collection Gagaga. Il signe ainsi Leviathan no Koibito - sous-titré « Leviathan Sweetheart » - un récit de science-fiction prenant place dans une Terre ravagée 60 ans auparavant par un virus. Continuant sur sa lancée après quatre volumes, l'auteur poursuit sur une nouvelle série avec To Aru Hikūshi e no Tsuioku en 2008 qui - tandis qu'une suite sauce Roméo et Juliette baptisée To Aru Hikūshi e no koi uta (とある飛空士への恋歌) rejoint les librairies en 2009 - aura suffisamment marqué les esprits pour lui permettre de décrocher la seconde place au prix Daigaku Dokusho Jintai. Cette année, ce même prix aura courroné Yojō-han Shinwa Taikei... oeuvre justement adaptée par le studio Madhouse (マッドハウス).

En effet, tandis qu'une version manga rejoint les pages du Shônen Sunday grâce au coup de crayon de Mariko OGAWA (小川麻衣子), repérée en 2005, l'éditeur Shōgakukan voit plus grand. L'industrie (re-)découvrant le nouvel Eldorado à travers le cinéma, c'est vers un long métrage que l'éditeur choisit de s'orienter avec le concours de TMS Entertainment qui produit la réalisation du studio Madhouse.

Si une première annonce en décembre dernier laissait planer le doute sur la nature de l'adaptation qui serait conduite, une seconde annonce quelques jours après l'édition 2010 du TAF révélait qu'il s'agirait d'un long métrage d'animation conduit par le réputé studio d'animation. Aujourd'hui, on sait que la réalisation a été confiée à Jun SHISHIDO (宍戸淳).

Né en novembre 1976 dans la préfecture de Fukushima, il rejoint le studio IMAGIN (イマジン), débutant sur la série Hajime no Ippo. Après un passage sur la série Cardcaptor Sakura entre 98 et 99 au poste d'intervalliste, il s'essaie à d'autres postes sur Hand Maid May et Love Hina en 2000. C'est en 2001 qu'on le retrouve à l'animation clé sur Sister Princess puis à la direction technique sur X, Kasumin, Rizelmine et bien d'autres séries. En 2003, il produit des storyboards et dirige des épisodes sur la série Narue no Sekai. Finalement, après avoir dirigé quelques épisodes de BECK en 2004, il se voit confié sa première série chez Madhouse avec Oku-sama wa Joshi Kousei, une production de peu d'envergure. Il enchaîne avec quelque chose de plus consistant : l'adaptation du roman Saiunkoku Monogatari qui s'étalera sur pas moins de 78 épisodes. Après un retour à la direction technique et aux storyboards, il renoue avec ses racines en se voyant confier la série Hajime no Hippo New Challenger en 2009 qui sera diffusée de début janvier à fin juin sur NTV. Mais ce retour aux sources ne sera pas l'événement le plus marquant de l'année pour lui puisque le réalisateur se sera vu confier la production d'un long métrage.

Afin de l'épauler, le studio a continué sa collaboration avec Satoko OKUDERA (奥寺佐渡子) ayant oeuvré sur les dernières réalisations de Mamoru HOSODA. Quant au dessin dont l'univers graphique avait été proposé par Haruyuki MORISAWA (森沢晴行) sur l'oeuvre originale, on trouve au character design Hidenori MATSUBARA (松原秀典), un artiste dont le talent n'est plus à démonter (Evangelion, Nadia, Sakura Wars, Aa! Megami Sama, Gankutsuou etc.), et au mechanical design Katsuya YAMADA (山田勝哉), animateur vétéran du studio et designer sur Space Pirate Captain Herlock The Endless Odyssey.

Si l'on doute que le film atteindra les sommets de Summer Wars en tant que succès commercial, on espère que la fine équipe de Jun SHISHIDO (宍戸淳) parviendra à faire du « light novel » To Aru Hikūshi e no Tsuioku (とある飛空士への追憶) un bon divertissement rendant hommage à ses influences ghibliesque. Dans l'attente de plus amples informations, on suivra le projet avec un intérêt que l'on espéra récompensé.

 
Équipe du projet :

Oeuvre originale : Koroku INUMURA (犬村小六)
Chara-design originale : Haruyuki MORISAWA (森沢晴行)
Réalisation : Jun SHISHIDO (宍戸淳)
Scénario : Satoko OKUDERA (奥寺佐渡子)
Chara-design : Hidenori MATSUBARA (松原秀典)
Mecha-design : Katsuya YAMADA (山田勝哉)
Production de l'animation : MADHOUSE (マッドハウス)
Production : TMS Entertainment
Posted on 17 January 2011 à 0h41
Quote from Mata-Web
Kami Nomi zo Shiru Sekai : adaptation en animé par Manglobe
 
 Après Sarai-ya Goyô (さらい屋五葉), le studio Manglobe (マングローブ) revient avec l'adaptation en animé de Kami Nomi zo Shiru Sekai (神のみぞ知るセカイ). La diffusion de la série est prévue en octobre prochain sur TV Tōkyō (テレビ東京).


Kami Nomi zo Shiru Sekai (神のみぞ知るセカイ) - sous-titré « The World God Only Knows » - est l'oeuvre du mangaka Tamiki WAKAKI (若木民喜). Né en 1972, il remporta le 33ème prix Shinji Comic de Shōgakukan en 1993 durant ses études à l'Université de Kyoto. Mais contrairement à ses confrères, le mangaka ne se vit pas offrir une place dans les pages d'un magazine de Shōgakukan en vue d'une série mais uniquement de one-shot. On vit ainsi tardivement apparaître First Touch (ファースト タッチ) dans les pages de l'hebdomadaire Shônen Sunday en 2000. D'autres contributions ponctuelles virent le jour jusqu'en 2006, date à laquelle il débuta sa première série baptisée Seikesshou Albatross (聖結晶アルバトロス). Après un premier one-shot en 2007 - Mister Sister Gorilla (ミスターシスターゴリラー) - il s'attela à Koishite!? Kami-sama!! (恋して!? 神様!!) qui se révéla constituer les prémices de sa prochaine série. Il aboutit ainsi en 2008 à Kami nomi zo Shiru Sekai.

Katsuragi Keima est l'un des meilleurs gamers dans le domaine des jeux de simulation amoureuse. Il est même surnommé Dieu des conquêtes sur internet... Mais la réalité est toute autre. Le jeune homme est insociable, et n'a guère de succès auprès des filles... ce qui l'a amené à les détester. Mais un jour, un démon du nom d'Erushi lui propose de s'associer à elle afin de retrouver les âmes qui se sont échappées des Enfers. Ces âmes font souffrir les femmes en s'y réfugiant ; le seul moyen de les exorciser est de les faire tomber amoureuses du jeune homme. Contraint d'accepter, il se décide à devenir le Dieu des conquêtes... mais il y a un gouffre entre la fiction et la réalité.

En 2009, le 3ème volume se vendit à plus de 80 000 exemplaires à travers l'archipel en l'espace d'un mois poussant sans aucun doute l'éditeur à proposer en 2009 une version en « light novel » écrit par Mamizu ARISAWA (有沢まみず), responsable des Inukami!. Les 6 premiers volumes du manga s'écoulèrent à plus de 1,2 millions d'exemplaires. L'adaptation animée ne devait plus tarder devant le succès constater par Shōgakukan qui fit appel au studio Manglobe (マングローブ).En 2004, deux employés de SUNRISE (サンライズ), Shinichirō KOBAYASHI (小林 真一郎) et Takashi KOCHIYAMA (河内山 隆) lançaient le studio Manglobe, mis en lumière par Samurai Champloo (サムライチャンプルー), une réalisation de Shinichiro WATANABE. Le studio enchaîna sur deux autres oeuvres originales : la série Ergo Proxy de Dai SATO en 2006 et Michiko to Hatchin de Sayo YAMAMOTO en 2008. C'est à partir de 2009 que Manglobe se lança dans l'adaptation de mangas avec The Sacred Blacksmith puis de Sarai-ya Goyô de Natsume ONO en 2010.

En octobre 2010, le studio revient donc avec l'adaptation d'un autre manga sous la direction de Shigehito TAKAYANAGI (高柳滋仁) qui s'était attelé à la saga Galaxy Angel. Le scénario sera remanié par Hideyuki KURATA (倉田英之), membre du trio « Bésame Mucho » à qui l'on doit entre autres R.O.D. et qui s'est récemment mis à l'ouvrage sur le film The☆Uchuu Show de A-1 Pictures. Le character-designer n'est autre que Akio WATANABE (渡辺明夫), responsable de The Soul Taker et co-réalisateur sur Hoshizora Kiseki. Pour conclure, la musique sera composée par Hayato MATSUO (松尾早人), présent sur Hellsing Ultimate, et la direction artistique reviendra au studio Green avec Ayumi SATO (佐藤 あゆみ) et Kayoko TOKOU (都甲佳代子), déjà à l'oeuvre sur Sacred Blacksmith.

Trailer Small | Large


C'est en octobre prochain (Ndm 2010) que la chaîne TV Tōkyō (テレビ東京) proposera la diffusion de l'animé du studio Manglobe. Quelques semaines auparavant - le 17 septembre - sortira le dixième volume du manga qui contiendra un OAD : « l'épisode 0 ». Aucune information sur la durée de cette future série n'a encore été diffusée... On peut en revanche tabler sur une douzaine d'épisodes, le format observé sur les précédentes séries du studio The Sacred Blacksmith et Sarai-ya Goyô.

 
Equipe de projet :

Oeuvre originale : Tamiki WAKAKI (若木民喜)
Réalisateur : Shigehito TAKAYANAGI (高柳滋仁)
Structure scénaristique : Hideyuki KURATA (倉田英之)
Musique : Hayato MATSUO (松尾早人)
Chara-designer : Akio WATANABE (渡辺明夫)
Directeurs artistiques : Ayumi SATO (佐藤 あゆみ), Kayoko TOKOU (都甲佳代子)
Son : Yoshikazu IWANAMI (岩浪美和)
Photographie : Kazuhiro YAMADA (山田和弘)
Studio : Manglobe (マングローブ)

Voix des personnages :

Keima Katsuragi : Hiro SHIMONO (下野 紘)
Elcea de rux ima : Kanae ITŌ (伊藤 かな恵)
Mio Aoyama : Aoi YUKI (悠木 碧)
Ayumi Takahara : Ayana TAKETATSU (竹達 彩奈)

 
Site officiel
Posted on 17 January 2011 à 1h07
Quote from Mara-Web
Gosick : changement de décor pour l'équipe de Heroman chez Bones
 
En janvier prochain, le studio Bones (ボンズ) proposera une adaptation animée de la série de romans Gosick (ゴシック) de Kazuki SAKURABA (桜庭 一樹) via l'équipe du réalisateur Hitoshi NANBA (難波日登志). Retour sur cette production qui tranche avec les dernières réalisations du studio.
C'est avec sa série de romans Gosick (ゴシック) que Kazuki SAKURABA (桜庭一樹) aura gagné sa popularité au Japon. Pour autant, l'écrivaine avait commencé son parcours littéraire une bonne décennie auparavant.

Née en 1971 dans la préfecture de Shimane, elle grandit dans la préfecture voisine de Tottori au sein de la ville de Yanago. En 1993, alors étudiante à l'université, elle remporta le prix DENiM du meilleur espoir (DENiMライター新人賞) pour le magazine du même nom - dont la publication a cessé - de l'éditeur Shōgakukan (小学館). Débutera pour elle une carrière en freelance, s'aventurant dans l'écriture de scénario de jeux vidéo. Elle se vit confier quelques années plus tard en 1996 l'écriture de Arc The Lad (アークザラッド) - en partie basé sur le RPG du même nom - pour la collection Super Fantasy de l'éditeur Shueisha (集英社) sous le pseudonyme de Sakura YAMADA (山田桜丸). Elle signa d'autres récits sous le même nom chez l'éditeur Shōgakukan, Ihatov (イーハトーヴ出版) et Fusosha (扶桑社) entre 96 et 98.

En 1999, elle remporte le prix Famitsu Entertainment avec Yozora ni, Manten no Hoshi (夜空に、満天の星). Rebaptisé AD2015 Kakuri Toshi Loneliness Guardian (AD2015隔離都市―ロンリネス・ガーディアン), « light novel » fut le premier d'une longue série comportant notamment Gossick (2003) et A Lollypop or A Bullet (2004). Ce dernier fut publié par Fujimi Shobo (2007) en tant que roman avant de revenir en tant que « light novel » au sein de Kakugawa Shobo (2009). Ayant obtenue la reconnaissance en tant que romancière, elle fut nominée une première fois en 2007 pour le prestigieux prix Naoki avec Akakuchibake no densetsu (赤朽葉家の伝説) mais ne remporta le prix qu'en 2008 avec Watashi no Otoko (私の男). Ce fut pour elle une véritable consécration, Kazuki SAKURABA le décrivant comme l'équivalent du Japan Academy Awards qui récompense pour sa part les films.

Ce n'est cependant pas en un film mais en un dessin animé que l'une de ses oeuvres va être adaptée.

La série Gosick débuta en 2003 dans la collection Fujimi Mystery, plantant le décor dans une Europe post-première guerre mondiale fantasmée mêlant France, Italie et Suisse. L'édition française devant nous parvenir en septembre prochain via Soleil Manga, l'histoire nous est révélée dans la langue de Molière.En 1924, un jeune garçon, Kujo, venu du Japon, a intégré une école d’aristocrates en Savoie. Mais n’étant pas d’une riche lignée, il est isolé et ne fréquente aucun de ses camarades. Sa vie bascule toutefois lorsque par hasard, il assiste au meurtre d’un motard et se retrouve accusé de ce crime. Pour prouver son innocence, il va devoir compter sur le génie de Victorica, une camarade acariâtre, mais dont le génie est reconnu dans toute l’école. Elle lui révèle alors une légende selon laquelle la Grande Faucheuse viendra de l’Est au printemps. Cela explique la crainte qu’il inspire aux autres élèves. L’arrivée d’une autre élève venue du Japon va engendrer toute une série d’événements mystérieux…

Le duo aux airs de Sherlock Holmes et Watson ont connus bien des aventures à travers de 6 volumes baptisés Gosick (2003-2006) - comptant une histoire chacun - et 3 volumes baptisés Gosicks (2005-2007) - collectant chacun un ensemble d'histoires courtes. Une réédition de tous les volumes est en cours au sein de Kadokawa Bunko - le 5ème volume de Gosick étant sorti le 24 juillet dernier.Une version manga a naturellement vu le jour via le numéro de janvier 2008 du mensuel Dragon Age avec Sakuya AMANO (天乃咲哉) aux dessins, reprenant les personnages dessinés par Hinata TAKEDA (武田日向) pour les couvertures des premières éditions des romans. On dénombre à ce jour quatre volumes reliés. Auparavant, une autre adaptation en un drama CD a fait son apparition en avril 2006.

Une nouvelle adaptation viendra donc compléter le tableau avec une série télévisée programmée pour janvier 2011 par le studio Bones (ボンズ).

On n'attendait pas vraiment le studio de Masahiko MINAMI sur une telle production mais après la sortie de la série mecha Star Driver Kagayaki no Takuto en octobre, Bones viendra concurrencer le studio Gainax qui adaptera également un « light novel » avec Bibliotheca Mystica de Dantalian. Le studio ne s'est pour autant pas exclusivement consacré aux séries mecha par le passé, notamment parmi ses franchises les plus connues.

C'est cependant le réalisateur de Heroman, Hitoshi NANBA (難波日登志), qui s'est vu confier le projet aux côtés de la scénariste Mari OKADA (岡田麿里). Celle-ci avait notamment écrit des épisodes de célèbre « gothic lolita » avec Rozen Maiden mais aussi, au studio Bones, de la seconde série Darker Than Black.

Le character design sera conduit par deux vétérans du studio, Toshihiro KAWAMOTO (川元利浩) et Takashi TOMIOKA (富岡隆司), qui ne manqueront sans doute pas de superviser l'animation.

Reste donc à attendre patiemment que de plus amples détails émergent sur le web et dans la presse spécialisée afin de se faire une idée plus précise de ce que l'on nous réserve en 2011.


Equipe du projet :

Réalisation : Hitoshi NANBA (難波日登志)
Structure scénaristique : Mari OKADA (岡田麿里)
Chara-design : Toshihiro KAWAMOTO (川元利浩), Takashi TOMIOKA (富岡隆司)
Production de l'animation : BONES (ボンズ)
Posted on 17 January 2011 à 1h27

Trailer Gosick Small | Large

Posted on 17 January 2011 à 1h36
Quote from Wakanim.tv
Trailer de Koreha zombie desuka

Koreha zombie desuka (kore wa zombie desu ka, littéralement : est-ce un zombie ?) a pour héroïne Ayumu Aikawa, une lycéenne paresseuse aux cheveux gris qui perd la vie au cours d'une série de meurtres. Elle est ressuscitée par une jeune chamane sans expression qu'elle a rencontrée peu avant sa mort. Le monde où elle reprend vie est rempli de jeunes filles aux pouvoirs magiques... Il semblerait aussi qu'Ayumu ait au passage gagné quelques pouvoirs magiques.

À la baguette, on trouve Takaomi Kanasaki (Macademi Wasshoi!) et Studio DEEN (Ranma 1/2, Fate/Stay Night...). Diffusion à partir du 10 janvier 2011 au Japon.

Trailer Koreha zombie desuka Small | Large
Posted on 17 January 2011 à 1h52
Quote from Mata-Web
Panty & Stocking with Garterbelt : Gainax rajoute une louche en 2011 ?
 
C'est via la diffusion du dernier épisode de sa série Panty & Stocking with Garterbelt (パンティー アンド ストッキング ウイズ ガーターベルト) que le studio Gainax (ガイナックス) a tendu la perche concernant une hypothétique seconde fournée. Salutations distinguées d'un projet qui défoule.
C'est la semaine dernière (Ndm : en décembre 2010) que la série défi-défouloir du studio Gainax (ガイナックス), et plus particulièrement de l'équipe rassemblée autour de Hiroyuki IMAISHI (今石洋之) et portant le doux nom de Geek Fleet (ギークフリート), s'est enfin achevée après 13 passages hertziens ovniesques et 28 mini-épisodes inimaginables en ces temps de conformisme télévisuel.

Panty & Stocking with Garterbelt (パンティー アンド ストッキング ウイズ ガーターベルト) restera le trip - au sens propre comme au figuré - d'une bande d'artistes atypiques exténués après la réalisation de Gurren Lagann, ses déboires avec les fans et son niveau de qualité rarement atteint pour une simple série télévisée par les temps qui courent.

Chaque épisode aura constitué une flopée de parodies aussi grinçantes que dénuées de toute auto-censure bien-pensante faisant fi des clichés, les pointant du crayon et les réduisant en cendres à coup de gags exutoires - y compris à l'intention du public de ces programmes.

Le vis aura atteint son paroxysme avec la diffusion du dernier épisode se soldant dans un feu d'artifice d'invraisemblances par un écran annonçant qu'il faudrait attendre la suite dans une seconde saison... laissant le téléspectateur exsangue dans le brouillard quant à la bonne interprétation de cet ultime pied de nez.

Dès lors, sans confirmation des principaux intéressés, on prendra avec les pincettes de rigueur une telle nouvelle. Reste que le format court et le contenu punchy de cette série a l'avantage de pouvoir toucher un public plus large tout en risquant de se couper d'une bonne partie de sa base. Un tour de force qui restera dans les esprits, que le succès soit au rendez-vous ou non (le premier volume en DVD et Blu-ray étant sorti le 24 décembre dernier).

Offline subaru64

  • Cynois
  • ***
  • Posts: 2728
  • Gender: Male
    • View Profile
Quote from AnimeLand.com
Pretty Cure bientôt en France ?

AnimeLand était présent ce mercredi (26 janvier), lors d’une projection exceptionnelle, organisée par Toei Animation Europe, du tout dernier film de la série Heartcatch Pretty Cure : Mission défilé à Paris. Sorti seulement en octobre dernier au Japon, ce film a même déjà bénéficié pour l'occasion d’une version française doublée alors même qu’aucune sortie n’est prévue pour l’instant.

Le but de cette opération ? Présenter la licence Pretty Cure aux professionnels français de la télévision, de l’édition et du merchandising. Car si cette grande saga reste encore inédite en France, c’est un véritable phénomène au Japon depuis 2004, totalisant plus de 350 épisodes et 9 longs métrages !

Ce dessin animé met en scène des jeunes filles dotées de pouvoirs leur permettant de se transformer pour lutter contre divers ennemis.
Mais à l’inverse de Sailor Moon, dont Pretty Cure reprend finalement le même principe, chaque série met en scène des personnages différents. On n’est donc pas obligé de suivre ces aventures depuis la saison 1.

Pour mieux comprendre, voici le détail des différentes parties :

- Pretty Cure (2 saisons, 96 épisodes)
- Pretty Cure Splash Star (49 épisodes)
- Yes ! Pretty Cure 5 (2 saisons, 97 épisodes)
- Fresh Pretty Cure ! (50 épisodes)
- Heartcatch Pretty Cure (49 épisodes)
- Suite Pretty Cure (prochaine saison, début en février 2011)


Produite par Tôei Animation, la firme espère réussir à implanter la licence en France, un enjeu important compte tenu du nombre d’épisodes. Quant au film, il fera probablement l’objet d’une sortie future, une fois la série vendue à une chaîne de télévision.

Offline subaru64

  • Cynois
  • ***
  • Posts: 2728
  • Gender: Male
    • View Profile
Quote from Mata-Web
Appleseed XIII : le projet de Micott & Basara qui ne voulait pas en rester là
 
On avait peut-être enterré un peu à la hâte le projet d'adaptation Appleseed Genesis (アップルシード ジェネシス) de la firme Micott & Basara ( ミコット・エンド・バサラ). Ainsi, on découvre l'arrivée prochaine d'une nouvelle série animée basée sur la franchise de Masamune SHIROW (士郎正宗), très lié au studio Production I.G qui continue de le nourrir à travers quelques projets. Dissection d'une fausse nouveauté.
Il n'y a pas à dire, « Appleseed » c'était la bonne époque du mangaka Masamune SHIROW (士郎正宗). On ne dira pas que l'on pouvait faire l'impasse sur le réel plaisir de l'artiste à dessiner de jeunes femmes aux plastiques irréprochables - si l'on aime les poupées gonflables - mais il y avait un fond bien différent de celui que l'auteur aura fini par toucher avec un travail alimentaire à base de poissons et d'orgies aussi étranges que barbantes (bien relire ce mot pour éviter la confusion).

Non, aujourd'hui, on se remémore l'impact de ces petites pépites cyberpunk qui dopaient notre imagination et nourrissaient une faim que l'on croyait insatiable. Depuis, le mangaka est tombé amoureux de sa palette graphique et l'on peine à retrouver le charme des premiers Ghost in the Shell lorsque l'on s'atèle aux suites parues ces dernières années.

Aussi, on se tourne vers le passé et tant qu'à faire, on l'inscrit au présent avec des projets d'adaptations, pas toujours en finesse, des oeuvres qui nous avaient marqués sur le papier. Romanov Higa (ロマのフ比嘉) avait ainsi pu modéliser Dominion à travers un épisode intégralement réalisé en 3D dont la durée aura finalement été à son avantage tant le rendu n'était pas à la hauteur du potentiel de la bête. Qu'à cela ne tienne, on lui avait confié le projet Appleseed Genesis (アップルシード ジェネシス), une série de pas moins de 26 épisodes... le tout en 3D. On se souvient que Gonzo s'était finalement ravisé sur le projet Mardock Scramble lorsqu'un directeur sachant un tant soit peu compter - ou prêter une oreille attentive - avait jugé le tout non rentable. Mais aujourd'hui, la 3D se vent bien. Elle fait partie intégrante des productions pour enfants et bénéficie d'un engouement certain - ou d'un certain engouement - dans les salles de cinéma (la possibilité de rajouter à cela les effets 3D pour un surcoût du ticket ne fait que décorer le gâteau déjà bien appétissant).

Le projet se sera néanmoins transformé en lutte juridique entre la société RADIX mobanimation (ラディクスモバニメーション) chargée de la production de l'animation et le producteur Micott & Basara, les deux prétendant être victime d'une rupture de contrat l'un pour l'arrêt des paiements et l'autre pour l'arrêt des livraisons d'un projet en suspens. L'affiche n'était pourtant pas dégoûtante. Il s'agissait bien de 3D certes mais avec Haruhiko MIKIMOTO (美樹本晴彦) au chara-design. La seiyû Romi PAKU (朴璐美) était même de la partie, prête à endosser une nouvelle fois le personnage de Dunan.

Mais les affaires sont les affaires et le tout se sera finalement conclu au sein des tribunaux de la capitale nippone. Le projet évoqué en 2004 et finalement relancé fin 2007 aura fini sa course peu avant l'automne 2008 dans un bruit de casseroles pour le producteur.

C'est tout du moins ce que l'on pensait jusqu'aux annonces de ces derniers jours qui font état du lancement d'un nouveau projet : Appleseed XIII. Alors oui, on peut se l'avouer... l'ajout d'un tel chiffre ferait sourire au regard du passif de ce projet d'adaptation mais finalement, on nous propose une production gérée avec le studio Production I.G et dont la production de l'animation revient à... Jinni's Animation studio (ジーニーズアニメーションスタジオ).

Un nom à rallonge pour un studio notamment à la base d'un projet passé sous silence : Blame!. Comme par enchantement, on comptait parmi les protagonistes de ce projet Production I.G et Micott & Basara.

Le nouveau projet est ainsi en partie conduit - pour ce qui est de la 3D - par Akihito WATANABE (渡辺昭仁). La réalisation de l'ensemble du projet OVA de 13 épisodes (22 minutes chacun) est assurée par Takayuki HAMANA (浜名孝行) qui avait tenu sur deux séries de Wellber no Monogatari. Ce dernier sera assisté par un certain Kazunobu FUSEGI (布施木一喜) qui s'était imprégné de l'univers de SHIROW sur les Stand Alone Complex.

Scénaristiquement parlant, la série sera confiée à Jun'ichi FUJISAKU (藤咲淳一) - ancien de l'équipe d'OSHII - entouré de plusieurs plumes ou claviers : Yoshiki SAKURAI (櫻井圭記), Taishirou TANIMURA (谷村大四郎), Eiji UMEHARA (梅原英司) et un certain M. OKAMOTO (岡本航征). La fine équipe ne proposera pas une suite aux deux films produits par Micott & Basara mais un reboot, reprenant l'histoire depuis le début. Quant à savoir à quel point la série sera proche du manga publié par Seishinsha (青心社)... mystère. Le producteur l'assure mais il aurait tôt fait de souffrir en prétendant le contraire.

Côté design, on trouve deux vétérans : Takayuki GOTO (後藤隆幸) comme character designer et Atsushi TAKEUCHI (竹内敦志) comme mechanical designer. Le seul problème du design vient de son passage en 3D. En ce sens, on ne sait pas trop ce qui nous est présenté pour le moment sur le site officiel mais ce premier visuel aurait eu de quoi refroidir l'Eyjafjallajökull tant il n'inspire pas l'enthousiasme (sauf si on le considère comme fanart).

Ainsi, le projet de série courte - format de 13 épisodes - devrait nous parvenir au printemps 2011 sans vraisemblablement passer par la case diffusion télévisée. Peut-être les producteurs ont-ils estimé qu'un format OVA permettrait une rentabilisation plus rapide - oubliant ainsi la situation du marché - et que le projet sera suffisamment porteur pour doper les ventes. A l'heure actuelle, on en doute. Cependant, les premières images ayant été diffusées au TIFFCOM 2010, on attendra de voir pour juger sur pièce... après tout, les premières impressions de Broken Blade n'étaient pas véritablement meilleures.Equipe du projet :

Projet : Micott & Basara (ミコット・エンド・バサラ)
Collaboration : Seishinsha (青心社)
Réalisation : Takayuki HAMANA (浜名孝行)
Structure scénaristique : Jun'ichi FUJISAKU (藤咲淳一)
Scénario : Jun'ichi FUJISAKU (藤咲淳一), Yoshiki SAKURAI (櫻井圭記), Taishirou TANIMURA (谷村大四郎), OKAMOTO (岡本航征), Eiji UMEHARA (梅原英司)
Assistant du réalisateur : Kazunobu FUSEGI (布施木一喜)
Réalisation CG : Akihito WATANABE (渡辺昭仁)
Chara-design original : Masamune SHIROW (士郎正宗)
Chara-design : Takayuki GOTO (後藤隆幸)
Mecha-design : Atsushi TAKEUCHI (竹内敦志)
Direction artistique : Studio Biho (美峰)
Production : Hirata Ryou (ヒラタリョウ)
Production de l'animation : Jinni's Animation studio (ジーニーズアニメーションスタジオ)
Collaboration à la production : Production I.G (プロダクション I.G)

Offline Kurumauchi

  • Cynois
  • ***
  • Posts: 2529
  • Gender: Male
  • Go with the flowwwwwwww
    • View Profile
    • Don Bartolo
J'ai regardé hier le dernier épisode de Panty et Stocking. Cette série est vraiment ultra - géniale. (Enfin à condition d'aimer les délires Gainax).
Dans le même style trash, j'ai aussi adoré Ebichu et Detroit Metal City.

Je vous conseille vivement d'au moins vous matter un épisode de ces trois séries. :))
WHo's the Mack?!!

Offline subaru64

  • Cynois
  • ***
  • Posts: 2728
  • Gender: Male
    • View Profile
J'ai regardé hier le dernier épisode de Panty et Stocking. Cette série est vraiment ultra - géniale. (Enfin à condition d'aimer les délires Gainax).
Dans le même style trash, j'ai aussi adoré Ebichu et Detroit Metal City.

Je vous conseille vivement d'au moins vous matter un épisode de ces trois séries. :))
Je n'aime pas regarder de série sur le net. J'attends toujours une édition DVD de toutes les séries Gainax qui n'y ont pas eu droit.

Offline subaru64

  • Cynois
  • ***
  • Posts: 2728
  • Gender: Male
    • View Profile
Revue de presse : Arrietty le petit monde des chapardeurs

Ghibli ou le Totoro rmiste
Posted on 6 February 2011 à 17h32
Quote from Mata-Web
Norageki! : SUNRISE x Hiroaki ANDO x Dai SATO
 
C'est via Bandai Visual (バンダイビジュアル) que s'est dévoilé Norageki! (ノラゲキ), le prochain OAV du studio SUNRISE (株式会社サンライズ). Les quelques images ayant filtrées nous révèlent une superbe équipe de projet, parmi laquelle figurent des noms comme Dai SATO (佐藤 大) ou Kimitoshi YAMANE (山根 公利). L'occasion de découvrir ce que nous réserve cette animation.
L'histoire nous emmène dans une prison isolée où sont détenus 4 prisonniers et un chat. Mais un jour, un court-circuit libère les cellules de tous les prisonniers. De plus, tous les gardes semblent avoir mystérieusement disparus, et étrangement, aucune sortie ne s'ouvre aux prisonniers...

Parmi les différents projets - plus ou moins ambitieux - de SUNRISE (サンライズ). pour l'année 2011 figure un OAV : Norageki! (ノラゲキ). Et pour faire, le studio a réuni une équipe de projet très intéressante. Nous savons dorénavant que c'est Hiroaki ANDO (安藤 裕章) qui prendra en charge le rôle de réalisateur. Un poste exclusif pour celui-ci, étant donné qu'il n'a quasiment été que storyboarder dans ses précédents projets, comme Freedom et Tekkonkinkreet.

À ses côtés, comme scénariste, une figure majeure de l'animation japonaise qu'on ne présente plus dorénavant : Dai SATO (佐藤 大). Pilier de ce rôle, il travailla notamment sur des séries parmi les plus prestigieuses, comme Cowboy Bebop, Ergo Proxy, Ghost in the Shell: S.A.C., ou encore Samurai Champloo. On peut envisager un scénario intéressant, comme il a l'habitude de nous proposer.

Pour la première fois de sa carrière, Masaru GOTSUBO (ゴツボ マサル) passera du rang de mangaka à celui de chara-designer - après s'être illustré dans l'adaptation de Samurai Champloo. Le rang de directeur artistique sera confié à Yusuke TAKEDA (竹田 悠介), tout comme Dai SATO habitué des piliers de l'animation japonaise : Eden of the East, Ghost in the Shell: S.A.C., Neon Genesis Evangelion... Autant de titres où il endossait le rôle de directeur artistique.

Célèbre mechanical designer de la saga Mobile Suit Gundam, Cowboy Bebop ou encore Vision d'Escaflowne, Kimitoshi YAMANE (山根 公利) sera reconduit au poste sur Norageki!. Enfin, Masanori TSUCHIYA (土屋 雅紀) et Yuji TONE (刀根 有史) se verront respectivement confié les tâches de directeur du son et de la photographie.

Espérons simplement que cet OAV sera à la hauteur de l'équipe de projet réunie pour l'occasion. Réponse le 22 Janvier prochain, date de diffusion de Norageki! à l'occasion de l'ANIME FES."VS". À noter que les DVDs & Blu-Ray ont déjà été annoncés pour le 25 Mars au Japon.

Voir le teaser

Site officiel

Equipe de projet :

Réalisateur : Hiroaki ANDO (安藤 裕章)
Scénariste : Dai SATO (佐藤 大)
Musique : Yasutaka NAKATA (中田 ヤスタカ)
Chara-designer : Masaru GOTSUBO (ゴツボ マサル)
Directeur artistique : Yusuke TAKEDA (竹田 悠介)
Mecha-designer : Kimotoshi YAMANE (山根 公利)
Directeur du son : Masanori TSUCHIYA (土屋 雅紀)
Directeur de la photographie : Yuji TONE (刀根 有史)
Production : SUNRISE (株式会社サンライズ)

Voix des personnages :

Kôseinen : Miyu IRINO (入野 自由)
Chûnen Otoko : Kazuma MORI
Ota-Onna : MEG
Rôjin : Seizo KATOU (加藤 精三)
Ii ONNA : Takako HONDA (本田 貴子)

Offline subaru64

  • Cynois
  • ***
  • Posts: 2728
  • Gender: Male
    • View Profile
Alors que le manga mettait en scène nos mignons lapins durant la guerre du Vietnam avec de vil chats communistes, Cat Shit One se modernise et nous projette en Irak/Afghanistan avec des chameaux terroristes à dégommer !

Cat Shit One en visionnage légal
Posted on 7 February 2011 à 0h16

Interview de Dai Sato