Auteur Sujet: Aventures livresques, le retour  (Lu 8237 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne alaiya

  • Cynois
  • ***
  • Messages: 121
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
    • le blog du chantier! ^^
Aventures livresques, le retour
... Et pour faire mentir Nao aussi par la même occasion. Certes, avec du retard, mais tout de même. C'est juste que si quelqu'un pouvait me fournir - gratuitement cela va sans dire - la recette pour dédoubler les heures histoire de disposer de tout le temps nécessaire pour réaliser correctement ce que j'ai envie de faire, il ou elle aurait droit à ma reconnaissance et ma gratitude éternelles.

Bref! Dans la série "mes lectures qui n'intéressent que moi mais je suis sympa, je partage", un retour sur "Gaia" de Partick Monget en version pavé.

Traduction: peu d'entre vous arriveront jusqu'au bout, je m'en fiche... j'ai l'habitude.


Vous avez du temps à perdre? Et bien mettez le à profit pour autre chose. Sincèrement. Une telle déception "littéraire" en dépit d'un quatrième de couverture alléchant a de quoi vous transformer en paranoïaque des librairies.

Roman d'anticipation écologique, le récit de Yannick Monget se déroule à notre époque et traite d'un dérèglement généralisé du fonctionnement de notre planète, un dérèglement qui a pour particularité de se produire et de s'auto-alimenter sur un laps de temps extrêmement court, à savoir quelques semaines. La fréquence des éruptions solaires s'accélère, les technologies de communication deviennent inutilisables et la Terre se transforme en une forêt amazonienne géante. Le tout, bien entendu, agrémenté de la disparition mystérieuse de la quasi-totalité de l'humanité à l'exception de quelques êtres humains dont le lecteur est appelé à suivre les pérégrinations dans un monde devenu plus qu'hostile.

Ceci posé, et à l'issue de la conclusion, la question qui vient à l'esprit est la suivante: quel était l'objectif de l'auteur en rédigeant cette histoire? Ecrire un roman d'anticipation pur jus? Se targuer d'un pamphlet écologiste? Les deux? Quoi qu'il en soit, ce qui a priori est censé se réclamer d'un pavé visionnaire dans la mare de l'aveuglement général fait... ploc. Et sans la moindre éclaboussure aux alentours.

Quelle belle et noble intention que cette volonté de vouloir transmettre un message... Non, vraiment, ça part d'un bon sentiment. Et sans doute d'une profonde conscience écologique. Mais on ne s'arroge pas une telle quête en prenant les lecteurs pour des imbéciles (et encore, je suis polie). A deux reprises qui plus est.

Tout d'abord, la caricature outrancière que l'auteur a choisie comme support à son discours dessert complètement l'objectif visé. En est-il conscient ou pas, ça c'est une autre histoire, il n'en reste pas moins que dès les premières pages, on reste estomaqué par l'amoncellement des clichés égrenés. Le lecteur en vient même à se demander si quelques chose de plus profond ne se cacherait pas derrière de telles énormités, d'ailleurs ce doit être la raison pour laquelle il poursuit sa lecture. Il est tout bonnement impossible qu'on puisse être à ce point trompé... et pourtant. La fin du livre tente bien de rééquilibrer le tout mais non seulement la théorie est vaseuse en plus d'être alambiquée et totalement invraisemblable, mais aussi et surtout, il est bien trop tard.
Pour faire simple: d'un côté, on a le vilain industriel méchant-pas-beau, père indigne, requin de la finance et plein aux as, de l'autre, la gentille et mignonnette biologiste très impliquée dans son travail, pleine à ras bord de beaux sentiments dégoulinants sur les jolis animaux sauvages et s'exprimant dans de grandes envolées lyrico-scientifiques martelant ses vérités péremptoires et paradoxalement vides de sens à grands coups de points d'exclamation. Pas besoin de beaucoup se forcer pour l'imaginer en train de trépigner comme une gamine de douze ans qui pique son caprice dans sa cour de récréation (en l'occurrence, la jungle).
Crédibilité? Proche du zéro absolu. Et c'est bien là que le bât blesse. On n'y croit pas une seule seconde. Pas à un seul instant on ne se sent concerné par ce qui arrive aux personnages. Pire encore: on ne s'y attache même pas, tant ils sont creux et prévisibles. De là, il apparaît bien difficile de faire adhérer le lecteur à un message - aussi important soit-il - quand le support lui-même est à ce point bancal.

Ensuite, au delà du point final du roman, on a droit à... la note de l'auteur. Et la déception - déjà bien ancrée - se mue en colère. Parce que non content de nous avoir asséné son discours lénifiant pendant 363 pages, Yannick Monget estime nécessaire en sus de nous prendre par la main pour nous détailler la symbolique de son histoire. C'est vrai quoi. On ne sait jamais. Les lecteurs d'aujourd'hui sont très certainement dotés d'un cerveau si atrophié qu'il faille prévoir une assistance 24 heures sur 24 pour leur expliquer ce qu'ils viennent de lire. En bref, une blague de mauvais goût qui clôt un roman sans grande saveur.

Vous me direz qu'on peut faire dans la caricature et produire une oeuvre tout à fait honorable. C'est vrai. Mais pour parvenir à un tel résultat, il convient de s'appuyer sur un style maîtrisé et une certaine richesse du langage. Là encore... Raté. Stylistiquement très pauvre, la prose est ennuyeuse pour ne pas dire rasoir. Les scènes d'action sont en ce sens très représentatives de cette pauvreté: le cheminement en est heurté, il ne s'agit que d'une simple description de faits sans mention des personnages impliqués et notamment de leurs réactions, le rythme est inexistant, et pour la fluidité, on repassera. De la même manière - et j'en reviens à l'impossibilité de s'attacher aux personnages - les rares tentatives de l'auteur en terme d'introspection psychologique tombent à plat. Idem pour la représentation des états d'âme des protagonistes. D'un vide inter-sidéral.
Et enfin, parce que je ne peux décemment pas passer à côté, l'auteur devrait apprendre à se servir d'un dictionnaire des synonymes. Ce n'est pas tant qu'il ne s'en sert pas... mais plutôt qu'il s'en sert trop. Quand je vois trois fois le verbe "tarauder" dans les 43 premières pages (format roman, voyez ce que ça peut faire sur un écran d'ordinateur... une petite vingtaine?), je me gondole de rire. Dans le même genre, on a droit, notamment dans les dialogues, à l'emploi de termes en total décalage avec notre époque, le plus souvent bien trop soutenus et qui rendent le discours totalement artificiel.

Bref, vous l'aurez sûrement compris, j'ai détesté ce livre. Je me suis profondément ennuyée et l'impression de perdre mon temps ne m'a pas lâchée une seconde. Quant au discours écolo en lui-même... Oui, cela partait d'une bonne intention mais ce n'est pas de cette manière que le message passera. Trop grossier. Trop téléphoné. Trop martelé jusqu'au point de le vider totalement de son sens. Réfléchir à la place des gens a de tout temps montré ses limites. Par contre, offrir les éléments, objectivement, sans jugement hâtif, sans leçon moralisatrice, et laisser tout un chacun se forger sa propre opinion et sa propre philosophie sur le sujet est autrement plus constructif.

Un "Ravage" de Barjavel, ça vous dit?





Hors ligne tinou

  • Cynois
  • ***
  • Messages: 95
  • catcheur plantigrade de Shiretoko
    • Voir le profil
    • 北海道の熊
Tout ca rappelle fort le scenario des Extranimals, moitie voiture, moitie bete sauvage! :cool:

J'aime bien le design de ta page!
"Le monde est un livre ; celui qui ne voyage pas n'en lit qu'une seule page"  
   
--> le journal du monsieur tinou
--> 放浪日記~Carnets de bohèmes
--> Hokkaido No Kuma : un autre Japon

Hors ligne alaiya

  • Cynois
  • ***
  • Messages: 121
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
    • le blog du chantier! ^^
Tout ca rappelle fort le scenario des Extranimals, moitie voiture, moitie bete sauvage! :cool:

J'aime bien le design de ta page!
Merci Tinou^^ Pour la bannière, c'est Gilles qui a tout fait, il est allé récupérer celle de mon LJ et l'a retravaillée à sa sauce, ça rend bien je trouve  ^_^

Sinon, perso, ça m'a fait penser à pire que ça: Jayce et les conquérants de la lumières. Les monstroplantes, c'est tout pareil!  :niark:

Hors ligne Nao/Gilles

  • Admin
  • *
  • Messages: 10648
  • Sexe: Homme
  • Dinosaure de l'animation japonaise, du Net, et de la connerie.
    • Voir le profil
    • Cynacittà @ noisen
Moi je la trouve pas terrible la bannière, j'ai fait ça très vite, je pensais que tu me demanderais autre chose en fait..... :^^;:
« Everyone knows rock attained perfection in 1974. It's a scientific fact. »

Hors ligne Yeo Wren

  • Cynois
  • ***
  • Messages: 792
  • Sexe: Homme
  • PazuDora c'est un peu du crack en accès libre en fait. xD
    • Voir le profil
Citer
Un "Ravage" de Barjavel, ça vous dit ?
Ca me dit moyen, en fait. Je l'avais intéressant sur certains points, notamment le passage dans l'hôpital (enfin l'endroit où il y avait eu des expériences avec le pseudo sauveur qui rayonnait), mais la fin pastoralo-patriarcal m'a laissé sur heu... ma faim. ^^

EDIT : en parlant de bannière, le filtre anti-pub d'Avant Browser me la cache ! :-/
« Regarde comme les notes de musique s'inscrivent harmonieusement au plafond à chaque fois que j'appuie sur l'interrupteur de la hotte aspirante !  »
« Allez, quoi ! Fais pas ta tsundere ! »

Hors ligne Nao/Gilles

  • Admin
  • *
  • Messages: 10648
  • Sexe: Homme
  • Dinosaure de l'animation japonaise, du Net, et de la connerie.
    • Voir le profil
    • Cynacittà @ noisen
Eh ? Pourquoi il ferait ça, ce con ?
« Everyone knows rock attained perfection in 1974. It's a scientific fact. »

Hors ligne Nao/Gilles

  • Admin
  • *
  • Messages: 10648
  • Sexe: Homme
  • Dinosaure de l'animation japonaise, du Net, et de la connerie.
    • Voir le profil
    • Cynacittà @ noisen
Petit message pour alaiya...
Quelques constatations :
- ton blog ici n'a jamais été qu'un blog de test puisque tu as ouvert le même (avec le même contenu) sur LJ
- tu n'as pas voulu le jeu (par exemple tu aurais pu demander que j'ajoute telle ou telle fonctionnalité)
- tu n'as pas mis le blog à jour depuis près de trois mois alors qu'il y a pas mal de posts sur ton LJ
- tu as visiblement choisi il y a bien longtemps de poster exclusivement sur LJ (même ton blogspot ne met de lien que vers là-bas)
- et d'une manière générale tu ne communiques pas auprès de moi où tu veux en venir.

Pour cette raison, et parce que je ne veux pas que tu te forces à poster ici, j'ai décidé de supprimer ton blog. Tes deux billets ont donc été transférés dans le forum généraliste ici présent. Valà...
« Everyone knows rock attained perfection in 1974. It's a scientific fact. »

Hors ligne alaiya

  • Cynois
  • ***
  • Messages: 121
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
    • le blog du chantier! ^^
Yop.

Je ne vois ce message que maintenant (oui, je sais, je suis loin d'être en avance), je tenais juste à te dire que tu as très bien fait.

En effet, très sincèrement, je n'ai ni le temps, ni l'énergie de mener plus de choses de front sur le net que je ne le fais déjà. J'ai déjà du mal à gérer mes occupations actuelles, alors... :bah: J'aurais vraiment bien aimé participer, mais décidément pas assez de temps pour ça.

C'est vrai que le LJ vit sa petite vie: au départ, j'avais créé un compte là-bas essentiellement pour participer aux LJs des "coupines" ainsi qu'à certaines communautés d'écritures, puis je m'y suis mise également. Sur la forme, j'aurais pu faire la même chose ici... mais soyons francs: ce que tu vois sur mon LJ (pour sa partie en tout cas accessible à tout le monde), tu trouves franchement que ça aurait sa place ici? AMHA, je ne pense pas ^^ C'est plus un défouloir qu'un truc pertinent  :mdr:

Et les quelques - rares - billets pas tout à fait inintéressants qu'il m'arrive de pondre se comptent sur les doigts d'une main, et la moitié se trouve sur le blogspot (qu'il est hors de question que j'abandonne par contre... trop de boulot déjà dessus!^^).

Bref tout ça pour dire que tu as fait ce qu'il fallait, qu'il était tout à fait inutile que tu perdes de la capacité pour rien, que c'est sympa de m'avoir offert la possibilité de tester ce projet et laisser la possibilité d'y participer.

Valà, c'était tout, je rends l'antenne^^





Hors ligne Nao/Gilles

  • Admin
  • *
  • Messages: 10648
  • Sexe: Homme
  • Dinosaure de l'animation japonaise, du Net, et de la connerie.
    • Voir le profil
    • Cynacittà @ noisen
Sur la forme, j'aurais pu faire la même chose ici... mais soyons francs: ce que tu vois sur mon LJ (pour sa partie en tout cas accessible à tout le monde), tu trouves franchement que ça aurait sa place ici? AMHA, je ne pense pas ^^
Tu te trompes...
Le principe de Noisen n'est pas de faire des blogs élitistes. Ce n'est pas parce que je ne fais pas un blog "mes délires au quotidien", que les autres ne peuvent pas le faire... Ils peuvent même faire deux blogs différents, un blog "ambitieux" et un blog "pour tous les jours"...
Citer
Bref tout ça pour dire que tu as fait ce qu'il fallait, qu'il était tout à fait inutile que tu perdes de la capacité pour rien, que c'est sympa de m'avoir offert la possibilité de tester ce projet et laisser la possibilité d'y participer.
Ce fut avec plaisir ;)
« Everyone knows rock attained perfection in 1974. It's a scientific fact. »